Author

Entreprise,

Salon des entrepreneurs à Marseille : boostez votre business

Vous êtes créateur-repreneur ou diriger une entreprise ? Informez-vous des solutions existantes afin d’accroître les performances de votre entreprise ! Rendez-vous au Salon des entrepreneurs à Marseille. L’événement a lieu les mardi 27 et mercredi 28 octobre 2020 au Palais des Congrès. Allez à la rencontre de nombreux experts et échangez sur vos expertises respectives !

Salon des entrepreneurs : pourquoi s’y rendre ?

L’événement regroupe 10 200 entrepreneurs, 500 experts, 150 partenaires et exposants ainsi que 100 conférences et débats. En 2020 aura lieu la 6 ème édition qui sera comme toujours riche, énergisante et inspirante ! Les dirigeants présents seront à votre écoute et vous aideront dans l’amélioration des performances de votre entreprise. Venez poser toutes vos questions mais aussi partager vos idées et parler de vos succès !

Que vous soyez dirigeant ou créateur d’entreprise, le Salon des entrepreneurs de Marseille vous permettra de découvrir toutes les bonnes pratiques se faisant actuellement afin d’améliorer continuellement la gestion de votre entreprise. Optimisez l’efficacité de celle-ci grâce des solutions de paie, de comptabilité ou encore de gestion des ventes.

Accélérer votre cycle de vente : optez pour un CRM commercial

Améliorez les performances commerciales de votre entreprise grâce à un module de gestion des ventes d’un CRM. Ayez une solution unique qui réunit les meilleures pratiques de gestion des ventes et encourage la mobilité ainsi que la collaboration. Il existe des outils accessibles depuis une tablette ou un smartphone afin de suivre constamment vos ventes et n’en rater aucune. Profitez des services d’un intégrateur CRM pour la mise en place et la prise en main de votre solution CRM tel que celui d’Apogea : voir sur le site.

De plus, ce type de solution permet d’avoir une visibilité sur vos objectifs commerciaux avec des tableaux de bord dédiés, une prévision des ventes en temps réel et un suivi du pipeline commercial. Il est facile d’accéder à tous les KPIs et reportings depuis n’importe quel support. Un CRM commercial est un véritable levier de croissance pour une entreprise.

L’Entrepreneuriat à l’honneur

Vous souhaitez créer ou reprendre une entreprise ? Vous souhaitez améliorer vos performances commerciales ? Vous souhaitez être inspiré, propulsé, coacher ou encore rayonné ? Alors rendez-vous au Salon des entrepreneurs au Palais des Congrès de Marseille !

Échangez avec de nombreux entrepreneurs. Présentez vos solutions et trouvez de nouveaux clients ou partenaires. Le partage de connaissances vous fera en ressortir encore plus riche et motivé.

Entreprise,

Entreprise : quels outils collaboratifs favoriser ?

Pour susciter l’engagement des collaborateurs, votre entreprise a besoin de promouvoir en interne le travail en collaboration au moyen d’outils collaboratifs. Le travail collaboratif est fondé non pas sur le principe classique d’organisation hiérarchique du travail, mais sur une collaboration horizontale entre plusieurs travailleurs. Dans ce cadre, vous avez le choix entre plusieurs outils développés grâce aux nouvelles technologies, qui vous offrent une nouvelle approche du travail d’équipe en entreprise.

Quel est le sens à donner aux outils collaboratifs ?

Un outil collaboratif a pour vocation principale d’aider au partage de documents de travail au sein des ressources humaines d’une entreprise. Ainsi, vos collaborateurs pourront par exemple se réunir et travailler sur un même document grâce à un écran tactile. Les outils collaboratifs vous permettent de gagner non seulement en temps, mais aussi en réduction de coûts de production. Et si vous voulez en savoir, plus, Bloomin est un exemple concret de plateforme qui vous propose un outil concret pour améliorer le bien-être de vos collaborateurs !

Be aware. Top view of pleasant involved colleagues looking at the tablet and working on the project while sitting in the office

Les outils dédiés au travail collaboratif sont utiles pour le manager d’équipe et toute stratégie de coordination des RH en entreprise. Ils sont vitaux pour les organisations en ce qu’ils ont un impact considérable sur la productivité et améliorent positivement la communication interne, le partage de connaissances entre collaborateurs, et les processus de prise de décisions. Par ce biais, les outils collaboratifs aident à créer de bonnes conditions pour le bien être des équipes.

En dehors de l’impact des coutils de travail collaboratif sur le bien-être des salariés, il faut noter que toute entreprise qui y accorde une place importante pourra en faire un levier de réduction des coûts et d’optimisation du temps de travail. Ils offrent la possibilité de travailler en simultané sur une même thématique, un même document ou un même projet, et jouent un rôle important dans la satisfaction des collaborateurs au plan professionnel et dans la fidélisation des salariés.

Il faut ainsi noter le rôle important des outils collaboratifs dans la motivation, les performances salariales et sociales ainsi que la cohésion des groupes de travail en faisant gagner aux collaborateurs plus d’autonomie et de participation aux décisions collectives de l’entreprise. Ils se révèlent d’ailleurs très efficaces en gestion de projet (en savoir plus sur Gataka). Si vous cherchez un moyen de faire participer vos collaborateurs à un travail sans avoir à les réunir, pensez à vous doter de ces outils.

Quels sont les différents types outils collaboratifs ?

Il existe différentes catégories d’outils de travail collaboratif :

  • Les outils de partage de fichiers et de stockage : ces outils collaboratifs permettent à vos collaborateurs de consulter et de partager un fichier en ligne. Ils offrent l’avantage de réduire le coût de transfert physique des fichiers au sein d’une entreprise et de supprimer les risques de perte de fichiers importants. Ils proposent ainsi une certaine sécurité en protégeant vos données qui sont cryptées durant les transferts ;
  • Les outils d’écriture collaborative : ils offrent de multiples possibilités d’usages, par exemple, l’apprentissage en entreprise, la gestion de projet, la prise de note collective, le travail collectif sur un document, l’écriture littéraire, etc.
  • Les outils de brainstorming collectif : cette catégorie d’outils collaboratifs offre de multiples fonctions telles que la possibilité de mobiliser des idées dans le cadre d’un projet, d’un travail collaboratif, d’un texte, etc. Ils permettent aussi de faire travailler un groupe de travailleurs autour de certaines tâches précises ;
  • Les outils de gestion de projets : ils permettent de gérer, chacune des étapes d’un projet, de la conception à la phase du suivi-évaluation et facilite les interactions entre les collaborateurs du projet.

En dehors de ces catégories principales d’outils de travail collaboratif, il existe également quelques catégories qui peuvent se révéler utiles. C’est le cas des outils collaboratifs de :

  • Gestion d’agendas : ils permettent plusieurs collaborateurs de partager ou d’avoir en commun un même agenda pour une tâche ou un projet, en définissant en aval les autorisations de chacun d’eux pour ajouter ou modifier des événements ;
  • Réunions à distance : ce sont pour la plupart des outils de visioconférence ;
  • Planification de réunions : utiles pour une direction des RH ou pour un manager d’équipe, ils permettent de planifier des réunions avec un grand nombre de participants sans avoir à se préoccuper de la logistique.

 

Conseils,

RH et managers : comment retenir les talents ?

Le collaborateur modèle et talentueux d’aujourd’hui n’a plus aucun point commun avec le cerveau d’il y a trente ans. Équipé et à la pointe de la technologie, le collaborateur est informé, voire même surinformé, et peut-être sollicité à tout moment, avec des offres qui ne se refusent pas.

Du moins, en temps normal. Mais puisque vous êtes une entreprise à part entière, puisque vous êtes enclin à réaliser la rétention de talents avec succès, la direction RH est le seul point d’ancrage auquel votre collaborateur sera attaché. Il ne pourra plus vous quitter.

RH entreprise : Ne laissez plus fuir vos cerveaux !

Longtemps, les entreprises françaises constataient, avec regret, la fuite de leurs cerveaux vers les États-Unis. Ou même plus spécifiquement, vers la Grosse Pomme ou encore la Silicon Valley. Mais ça, c’était avant. Aujourd’hui, les sollicitations peuvent venir de toute part. Même de la porte d’à côté.

Car les talents et l’engagement collaborateurs ne tiennent qu’à un fil, à cause notamment de la surinformation et des nombreux outils numériques et appareils connectés, qui ne laissent plus la place au doute.

Pour ne plus laisser fuir vos talents, manager vos équipes en prenant conscience de leurs demandes. Profitez d’une direction RH qui s’applique surtout à renforcer les équipes en place, plutôt que de les renouveler.

En somme, offrez un véritable environnement qui permette à chacun de s’épanouir, d’atteindre ses objectifs, de jouir d’une certaine polyvalence. Ce sont par ces options prioritaires qu’il est possible, avec succès, de fidéliser ses collaborateurs.

Satisfaction collaborateurs : Garantir la prise d’initiative

Pour tout responsable RH d’entreprise, la direction à prendre est d’assurer la fidélisation des salariés. Cet état d’esprit s’axe autour de plusieurs méthodes, connues et reconnues, comme innovantes. Et s’il en était une première à appliquer dès aujourd’hui, c’est de favoriser la prise d’initiative, voire l’autonomie.

Imposer des tranches horaires strictes, mettre à l’amende les retards, où même limiter la flexibilité sur les différentes missions accordées sont des méthodes pour manager une équipe qui ne fonctionnent plus, qui sont obsolètes.

Le vrai management actuel, le vrai engagement collaborateurs, passe désormais par l’autocratie. Un mot un peu fort mais qui résume parfaitement l’idée qu’une entreprise ne fonctionne pas que sur la présence physique de ses effectifs, mais bien par leurs performances régulières.

Et en cela, les talents y sont beaucoup plus sensibles. Accorder alors des performances salariales et sociales, en replaçant au cœur de l’entreprise l’humain, l’idée que chacun peut apporter sa pierre à l’édifice, que tous sont associés avant d’être employés, sont des chemins à explorer pour une

direction RH efficace. L’écoute, la prise de parole, la souplesse, en ne fixant plus que des objectifs qualitatifs, et non quantitatifs, sont des données à considérer pour réussir à retenir vos talents.

Performances salariales et sociales… Tout n’est pas qu’argent

Les augmentations salariales, les primes de fin d’année, les vacances et séjours organisés par le CE, des formations tout frais payés, et pourtant, vous sentez toujours que votre talent vous échappe. Il est même sur le point d’accepter une offre qui ne se refuse pas.

Alors comment le remobiliser ? Comment parvenir à réaffirmer l’engagement collaborateurs ?

Parmi les méthodes avancées aujourd’hui dans le monde de l’entreprise, le bien-être est bien plus important que le chèque adressé tous les mois. Par bien-être, ne comprenez pas un joli bureau, le rachat de matériel ou même l’instauration de plages de temps de repos plus importantes.

Non, pour votre talent, pour la satisfaction collaborateurs, il lui faut une entreprise à la dimension de ses attentes, de ses performances. Et dans la réussite, il est très facile de se reposer sur ses acquis, sans rechercher à nouveau la prise de risque, la prise d’initiative.

Affirmer alors des objectifs plus importants, prendre le risque d’explorer de nouveaux horizons, ne favorisera que la rétention de talents, voire le recrutement de nouveaux éléments forts par la direction RH. C’est par ce seul biais, par ces seules ambitions affichées, que vous pouvez renforcer ou préserver votre force de travail, assurer la satisfaction collaborateurs en tirant le meilleur de vos équipes à manager.

Talent management et direction RH

Le système efficace d’une entreprise et d’une direction RH s’appuie désormais sur le Talent Management. Cette opération a pour vocation bien sûr de renforcer l’engagement collaborateurs, d’adapter les méthodes à la fidélisation des salariés de toute génération, et naturellement, de manager les équipes pour un réel bien-être en entreprise.

Mais tout cela ne serait rien sans une réelle transparence au sein même de la compagnie. Comme nous l’affirmions en préambule, vos collaborateurs sont tous connectés, sont tous informés. Si cette même transparence et honnêteté n’est pas retrouvée au sein même de leur lieu de travail, l’engagement collaborateurs en sera atténué.

Parmi les méthodes annoncées, il est également précisé de considérer ses collaborateurs comme ses propres clients. Des petites attentions, une écoute assidue et la mise en place d’une nouvelle gestion RH en entreprise ne seront que bénéfiques.

Enfin, la volonté de faire coexister plusieurs collaborateurs au leadership plus ou moins prononcé n’en sera que plus appréciée. Assurer des formations, programmer une polyvalence dans la hiérarchie, dans la prise de décision, tout en confirmant la flexibilité première que vous promettez, ne sont que des solutions pour un problème simple : satisfaire vos collaborateurs et en tirer toujours le meilleur.

Découvrez plus d’articles sur des sujets liés aux ressources humaines et au management sur le site : https://www.mr-entreprise.fr/

Entreprise,

Comment bien choisir son entreprise pour faire sa carrière ?

Vous êtes sur le point de commencer votre premier emploi ou votre contrat vient de prendre fin et vous souhaiteriez décrocher un nouveau job. Comme vous pouvez déjà vous en douter, une carrière évolutive et épanouissante dépend de l’entreprise choisie. Mais le challenge réside là, justement : identifier l’entreprise qui saura vous offrir la meilleure expérience et un précieux coup de pouce à votre destin. Nous avons élaboré pour vous une liste des critères à prendre en compte pour bien choisir.

Projetez la carrière de vos rêves

Faites ce que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie ! Vous avez dû lire cette phrase au moins une fois. En effet, vous devriez penser à l’activité que vous feriez (votre hobby par exemple) si vous n’aviez aucun besoin de travailler et si votre compte en banque était rempli.

Par exemple, si vous auriez choisi aller à la découverte du monde, songez à une carrière de steward ou hôtesse de l’air. Si vous auriez été acteur de cinéma, un bon poste au sein d’un média télévisuel ferait sans doute votre bonheur.

Quoi qu’il en soit, trouvez un emploi pour lequel vous aurez du plaisir à aller travailler chaque matin avec le sourire aux lèvres et qui correspond bien-sûr à la filière que vous avez étudiée.

Quel type d’entreprise ?

Travailler en start-up avec la possibilité de prendre des initiatives ou au sein d’une grosse entreprise avec des process rigoureux sont deux choses différentes. Vous devriez déterminer où vous vous sentirez à l’aise ; de quel côté votre cœur balance.

Une jeune entreprise vous offrira :

  • Des rapports humains forts ;
  • Une grande autonomie ;
  • Des prises de décision rapides ;
  • Une rémunération limitée (souvent sans avantages complémentaires) ;
  • Des opportunités de développement limitées, etc.

Tandis qu’une grande société ou une firme internationale vous offrira :

  • Des conditions plus impersonnelles ;
  • Des principes rigoureux à respecter à la lettre et des tâches précisément définies ;
  • Des longues procédures de décision ;
  • Un salaire plutôt intéressant, avec des avantages complémentaires (13e mois, véhicule, tickets-restaurant, etc.),
  • Un suivi pour les nouvelles recrues, des formations, etc.

Votre valeur marchande par rapport aux conditions de travail

Il s’agit de définir ce que vous valez sur le marché du travail. Vous aurez donc besoin de faire un listing de votre parcours, de vos compétences et de votre ancienneté si applicable. C’est ainsi que vous saurez accepter, négocier ou rejeter les conditions proposées. Il est aussi important que vous sachiez à quoi vous marchez :

  • La reconnaissance de vos supérieurs hiérarchiques ;
  • Des challenges à relever ;
  • La sécurité de votre emploi ;
  • Un sentiment d’accomplissement, etc.

Par ailleurs, un environnement caractérisé par un bruit accru lié aux discussions permanentes et appels téléphoniques répétitifs serait-il vivable pour vous ? Ou alors êtes-vous plus productif dans un espace calme favorisant la concentration ?

L’état de l’entreprise

Une entreprise en pleine croissance vous serait plus profitable. Cherchez donc à savoir si l’entreprise que vous visez :

  • A récemment souffert de conjoncture économique ;
  • Courre un risque de rachat ;
  • Prévoit un remaniement ou des licenciements, etc.

Tout cela déterminera qu’elle soit en mesure ou non de respecter ses engagements vis-à-vis de vous.

La situation géographique

D’elle dépendra l’équilibre entre votre vie professionnelle et votre vie privée. Une entreprise située le moins loin possible de chez vous et bien desservie par les transports en commun serait l’idéal. En vous basant sur ces éléments, vous déciderez plus aisément s’il vous est possible de supporter et de gérer le stress lié au parcours de ce trajet deux fois chaque jour (matin et soir).

Si vous avez une famille, réfléchissez doublement afin de voir si le jeu en vaut la chandelle, s’il est important pour vous d’équilibrer vie privée et vie professionnelle ou si le plus important est de faire des heures supplémentaires afin de gravir au plus vite les échelons.

Se développer,

Les 4 avantages d’une organisation apprenante

Que sont les organisations apprenantes?

Les organisations apprenantes sont des entreprises qui favorisent un environnement d’apprentissage, de partage et de réflexion. Pour Peter Senge, créateur du concept, les organisations apprenantes sont des lieux où les personnes développent continuellement leur capacité à produire les résultats escomptés, où se développent des modes de pensée nouveaux et expansifs, où les aspirations collectives sont libérées et où apprennent continuellement à voir le tout ensemble. Une organisation apprenante est simplement une entreprise habile à créer, acquérir et transférer des connaissances et à modifier son comportement. Refléter de nouvelles connaissances et perspectives, c’est pourquoi il est nécessaire de faire une formation pour devenir une organisation apprenante

Voici les 4 avantages d’une organisation apprenante.

Des employés plus heureux et plus épanouis

Même si tout le monde ne peut pas être identifié comme un apprenant passionné tout au long de la vie, il est certain que les avantages de l’accumulation continue de connaissances nous rendent plus heureux et en meilleure santé à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du lieu de travail. Il est même prouvé qu’apprendre de nouvelles compétences améliore réellement la santé de votre cerveau ! Après tout, vos employés sont votre plus grand atout. Plus ils seront stimulés et engagés, plus votre entreprise sera productive et inventive.

Davantage d’innovation

L’accent mis sur l’apprentissage et l’innovation dans les entreprises peut sembler une tendance récente, mais l’apprentissage organisationnel est la clé de l’innovation, en particulier au niveau de la gestion. Il ne faut pas s’étonner que l’accent mis sur le partage d’idées et la collaboration au sein des organisations apprenantes mène nécessairement à des idées plus grandes et plus lumineuses.

Amélioration de la collaboration

Etant donné que les organisations d’apprentissage sont constituées d’équipes qui interagissent et partagent des connaissances, ces entreprises ont tendance à avoir un sens aigu de la communauté et à être soutenues. Les conflits sont moins fréquents parce que chacun s’efforce d’atteindre un objectif commun et apprend les uns des autres.

Amélioration continue et soutenue

Pour être une organisation en apprentissage, une entreprise doit réfléchir à ses erreurs et à ses échecs et en tirer des leçons. La volonté d’essayer de nouvelles choses, le processus d’admettre que quelque chose n’a pas fonctionné et d’aller de l’avant sont essentiels pour apporter l’amélioration et l’innovation à votre entreprise pour réussir.

Conseils,

Gérer ses notes de frais en tant que freelance : solutions et erreurs à éviter

En tant que freelance, vous pouvez facturer des frais à vos clients et en déduire certains de vos cotisations. Afin de profiter de ces déductions, vous devez procéder à une gestion rigoureuse et conserver la trace de l’ensemble des frais encourus. La gestion des notes de frais est en effet surveillée de près par l’administration fiscale. Faisons un point sur ce que sont les notes de frais et sur les solutions à votre disposition pour les gérer au quotidien.

Que sont exactement les notes de frais ?

Les notes de frais comprennent des dépenses directement liées à la gestion de l’entreprise et aux missions effectuées. En tant que freelance, vous pouvez facturer certains frais à votre client, comme les dépenses de transport, de livraison, de repas ou d’hébergement. Pour être remboursé, il vous suffit d’effectuer une déclaration dans le chiffre d’affaires. À savoir que les notes de frais ne sont déductibles que sous certaines conditions : si elles sont rattachées à votre activité et si elles sont proportionnelles au besoin. Pour en savoir plus sur les notes de frais, vous pouvez consulter le site https://www.traveldoo.com/expense/.

Notes de frais : les erreurs à éviter

Faisant l’objet d’exonération de charges sociales, les notes de frais sont étudiées de près par les agents de l’URSSAF. Afin de ne pas être victime d’un redressement, il y a donc un certain nombre d’erreurs à éviter, au premier rang desquelles la perte de ses justificatifs. En effet, toute dépense doit être justifiée de manière valable. En outre, si vous engagez des dépenses aux montants disproportionnés et déraisonnables, vous risquez fortement de perdre le droit à déduction fiscale. De même si vous archivez des mauvaises versions de justificatifs ou si vous ne respectez pas les modalités d’indemnisation.

Optimiser sa gestion des notes de frais

Il est conseillé à tout indépendant de mettre en place une stratégie rigoureuse et de se tourner vers des solutions clé en main faisant gagner un temps considérable.

Identifier les frais personnels et les frais professionnels

La première étape réside dans l’identification de ce qui relève ou non de frais professionnels. Vous devez déterminer si les dépenses réalisées sont inhérentes à votre activité.

Choisir une solution de gestion des notes de frais

Gérer ses notes de frais avec la seule l’aide d’Excel est un pari périlleux. D’autant qu’en tant que freelance, vous avez une multitude d’outils à votre disposition pour automatiser cette tâche fastidieuse. Vous pouvez profiter d’une centralisation des notes de frais et de statistiques en temps réel liées à vos dépenses. Vos notes de frais sont créées automatiquement et sont soumises à des contrôles et des processus de validation.

Enfin, n’oubliez pas que l’ouverture d’un compte bancaire professionnel est une garantie de bonne gestion des dépenses.

Conseils,

Bombardement à l’aéroport de Tripoli : qu’en est-il de la sécurité aéroportuaire ?

Alerte sécurité du 03 septembre, un vol a été suspendu à Tripoli pour des raisons de sécurité. L’aéroport a dû être dévié pour cause d’un bombardement 48h plus tôt, causant plusieurs blessés et endommageant un avion. Cet épisode dramatique nous ramène à l’esprit la question de la sûreté dans les aéroports. Qu’en est-il aujourd’hui ?

L’évolution de la sécurité

Suite au bombardement à l’aéroport de Tripoli, il est sans doute bon de rappeler les conditions de sécurité dans les aéroport. Au cours des dernières années, les règles relatives au transport aérien ont bien changé. Si vous avez décidé de prendre l’avion, il est important de connaître les points de contrôle de sécurité des aéroports. Dans les prochaines années, le passage aux contrôles de sécurité des aéroports deviendra moins désagréable. Grâce à l’arrivée de nouveaux scanners, le contenu des bagages de cabine sera analysé sans que les voyageurs n’aient à sortir leurs produits liquides ou leur ordinateur. Les opérateurs en charge des contrôles de sécurité auront accès à des images très détaillées depuis leur écran.

L’emploi de personnes physiques reste tout de même indispensable dans les contrôles aéroportuaires, afin d’assurer et de maintenir le bon déroulement du voyage. Pour intégrer cette dynamique sécuritaire, il suffit de suivre une formation Hubsafe Training, qui permettra d’acquérir les compétences adéquates au poste.

Trois postes de contrôle avant de s’envoler

Lorsque les voyageurs pensent aux points de contrôle de sécurité des aéroports, beaucoup de passagers qui ne pensent qu’au poste de contrôle principal, celui ou l’on vous demande de retirer les objets liquides et sortir son ordinateur. En réalité, il y en a trois.

Le premier point de contrôle est quand vous allez au guichet pour récupérer votre carte d’embarquement. Lorsque vous êtes autorisé à aller vers la prochaine étape, vous avez besoin de passer à travers le fameux point de contrôle de sécurité principal de l’aéroport. Une fois que vous avez passé ce dernier, vous avez besoin de passer par un autre poste de sécurité. Celui-ci représente la dernière étape avant de pouvoir monter à bord de votre avion.

Un stress en moins pour les voyageurs

Pour les voyageurs aériens occasionnels, l’une des choses les plus stressantes du voyage est de passer la sécurité de l’aéroport. Vous n’êtes pas toujours certain de ce que vous pouvez emmener avec vous. Les contrôles de sécurité sont là pour protéger les passagers et le personnel, cependant, le processus de passage dans un aéroport peut s’avérer très éprouvant.

Le passage aux contrôles de sécurité des aéroports pourrait être plus rapide dans les années à venir. La mise en place de scanners 3D par tomodensitométrie, capables d’analyser de manière détaillée le contenu des bagages de cabines, devrait faciliter ce processus fastidieux, source de stress chez les voyageurs.

Entreprise,

Comment transformer une micro-entreprise en société ?

Quand un indépendant lance son activité, il choisit généralement le régime de la micro-entreprise, anciennement auto-entreprise, car il permet de rédiger des statuts simplifiés et de bénéficier d’un allègement de charges important. Néanmoins, si la micro-entreprise rencontre du succès et que son chiffre d’affaires augmente suffisamment, elle finit par être obligée d’opter pour un statut de société plus classique. Une étape importante dans la vie d’un indépendant.

Comment transformer sa micro-entreprise en société ?

La micro-entreprise bénéficie d’une rédaction de statut très simplifiée qui peut être réalisée sur Internet. En quelques minutes seulement, n’importe qui peut devenir micro-entrepreneur. Une société plus classique dispose de statuts beaucoup plus complexes et leur rédaction demande une attention toute particulière. La moindre erreur peut provoquer des coûts importants.

 

Généralement, si un micro-entrepreneur décide de transformer les statuts de sa micro-entreprise, c’est parce qu’elle rencontre un grand succès. Il a donc les moyens de s’offrir un service professionnel. Sur Internet, il est possible de rédiger des transformations de statut en quelques minutes sur des portails spécialisés. Vous pouvez en découvrir plus sur le site le plus populaire en la matière.

Quel type d’entreprise créer ?

SASU ? EURL ? SAS ? EI ? Quel type d’entreprise est-il préférable de choisir pour passer d’une micro-entreprise à une société plus classique ? Il est impossible de répondre de manière définitive à cette question et il est évident que cela dépendra de chaque activité. Les objectifs de l’entreprise peuvent également avoir une conséquence sur le choix du type d’entreprise.

 

Ce qu’il faut savoir, c’est que chaque type d’entreprise a un impact sur les charges à payer, les avantages divers de l’entreprise et de ses dirigeants, mais également sur le lien entre son créateur et l’entreprise. Certaines formes détachent totalement le patrimoine du créateur de l’entreprise de celui de l’entreprise, d’autres un peu moins. Bref, vous devez établir clairement vos objectifs et vos besoins pour pouvoir choisir votre modèle d’entreprise.

Quand est-il nécessaire de changer les statuts de son entreprise ?

Légalement, seul le dépassement d’un certain seuil par le chiffre d’affaires oblige le propriétaire à changer les statuts de son entreprise. En 2019, ce seuil est de 170 000 € pour les activités commerciales et les activités d’hébergements, mais de 70 000 € pour les prestations de services et les professions libérales. Il faut savoir que le seuil est considéré comme dépassé si la moitié de celui-ci est dépassée au bout de 6 mois.

Cependant, il n’est pas obligatoire d’attendre le dépassement de ce seuil pour modifier les statuts de son entreprise. Une micro-entreprise est limitée dans ses actions, notamment parce qu’elle ne peut pas avoir d’employés et qu’elle ne peut pas faire travailler d’autres micro-entrepreneurs. Le développement d’une entreprise exige donc souvent rapidement de quitter ce statut, même si le chiffre d’affaires ne dépasse pas encore le seuil.

Entreprise,

Est-il possible de créer une exploitation agricole en micro-entreprise ?

La micro-entreprise est un régime particulier qui a pour objectif de stimuler l’entrepreneuriat. La rédaction des statuts est gratuite et le micro-entrepreneur ne paye pas de charges s’il ne dégage pas de revenus. Son adaptation au secteur agricole, un secteur particulièrement concerné par les difficultés entrepreneuriales, était donc très attendue. Il est donc possible aujourd’hui de créer une exploitation agricole en micro-entreprise.

Les coûts d’une exploitation agricole

La micro-entreprise permet de se lancer dans l’aventure agricole tout en réduisant les coûts liés à la création d’une exploitation. Pour autant, elle reste l’une des entreprises qui nécessitent le plus d’investissement financier personnel pour être créées. Effectivement, il est difficile de convaincre des investisseurs de placer leur argent dans une ferme et les aspirants agriculteurs doivent souvent s’endetter.

Il est important de le signaler, car la micro-entreprise nous a tous habitués à pouvoir lancer une activité en quelques clics sans aucun risque si elles ne fonctionnent pas. Une activité agricole a besoin d’un espace et de beaucoup de matériel. Même si les agriculteurs peuvent aller voir les modèles de machines agricoles d’occasion sur des sites spécialisés, cela n’en représente pas moins un investissement important à prendre en compte.

Les règles de la micro-entreprise agricole

Comme pour toutes les micro-entreprises, la micro-entreprise agricole doit répondre à certaines règles pour que ses statuts soient légaux. La première est une limite sur le montant des recettes. Celles-ci ne doivent pas dépasser 82 000 bruts sur les trois précédentes années. C’est donc sur une durée plus longue qu’est envisagée cette restriction pour prendre en compte les aléas d’une exploitation.

Ensuite, il faut que l’activité corresponde à une des cinq catégories définies par la loi : l’exploitation de biens ruraux, l’élevage d’animaux (l’apiculture étant incluse), la vente de produits liés à l’élevage d’animaux et à la culture, l’exploitation d’une ou plusieurs espèces végétales à des fins commerciales et la production d’énergie obtenue à partir d’une exploitation agricole.

Est-il vraiment intéressant de créer une micro-entreprise agricole ?

Les statuts simplifiés de la micro-entreprise sont très pratiques dans le monde de l’agriculture. Ils permettent aux particuliers qui le souhaitent de se lancer, sans même disposer d’un diplôme. Ainsi, de plus en plus de Français se lancent dans l’apiculture grâce à ce régime. C’est simple et cela peut même être fait en parallèle d’un travail sécurisant les revenus.

Cependant, il ne faut pas perdre de vue que le statut de la micro-entreprise agricole empêche son propriétaire de déposer des demandes pour de nombreuses aides de la part de l’État. Un micro-entrepreneur est également obligé de s’endetter en son nom propre pour financer le lancement d’une activité et il sera donc responsable du moindre défaut de paiement. La micro-entreprise n’a donc pas que des avantages, mais elle permet de partir sur de bonnes bases.

Entreprise,

5 conseils pour choisir votre prestataire en traduction

Les documents traduits que vous distribuez reflètent l’image de votre entreprise ou de votre organisation. Transmettre l’essence de votre signification dans une autre langue en utilisant la terminologie et le style appropriés est une tâche complexe qu’il convient de laisser aux professionnels.
Comment pouvez-vous choisir la bonne agence de traduction pour vous? Voici cinq conseils pour vous aider à faire le meilleur choix. .

Des traducteurs professionnels traduisent dans leur langue maternelle

Une traduction fluide ne peut être réalisée que par des traducteurs travaillant dans leur langue maternelle. Eux seuls sont capables de sélectionner les termes exacts et le phrasé approprié en tenant compte des subtilités propres à chaque langue. L’anglais écrit pour un public britannique, américain ou canadien, ou l’espagnol écrit pour un public espagnol ou latino-américain, comporte des différences et des aspects uniques qui ne peuvent être maîtrisés que dans la langue maternelle d’une personne.

Chaque traducteur a une spécialité

Vos traductions doivent être précises et correspondre exactement à votre document original. La connaissance de votre domaine d’activité est donc essentielle pour garantir une traduction de haute qualité. Parce que chaque domaine d’activité est spécifique, vous devez exiger un traducteur possédant une expérience solide et prouvée dans votre domaine.

Identifiez votre objectif ultime

Qu’il s’agisse d’une brochure de communication, d’une brochure de séminaire, d’un discours, d’une page Web ou d’un article de journal, vos communications ont des objectifs spécifiques. Laissez votre traducteur connaître le but ultime de votre document. Ces informations aideront le traducteur à peaufiner la traduction et à la rendre plus pertinente. Vos documents de référence et glossaires sont d’autres outils précieux qui permettent aux traducteurs d’utiliser la terminologie propre à votre organisation.

Prenez votre temps

Envisagez-vous de communiquer en plusieurs langues? Anticipez vos besoins et contactez au préalable votre agence de traduction pour préciser vos exigences techniques: volume de traduction important, combinaisons de langues multiples, traduction de sites Web ou insertion de la publication assistée par ordinateur dans votre document. Un responsable du support opérationnel se chargera de votre commande et élaborera un cahier des charges spécifique qui correspondra parfaitement à vos attentes. En effet, vous aurez parfois besoin de traductions urgentes de dernière minute. Dans ces moments-là, faites confiance à une entreprise disposant d’un réseau intérnational traducteurs de plusieurs fuseaux horaires ou filiales implantées dans différents pays capable de vous offrir la flexibilité dont vous avez besoin.

Relire: la touche finale

Une lecture finale doit faire systématiquement partie intégrante du processus de traduction. Cette étape vitale garantit un document totalement fiable tant sur le fond à savoir la terminologie cohérente et fluidité du langage que sur la forme à savoir la vérification de la mise en page et conformité aux spécifications techniques du document.